Réduire ses déchets : premiers pas

Comme je vous le disais ici ou , j’ai lu le livre Zéro déchet et ça a été une vraie prise de conscience. C’est un peu le but du livre. Mais il fait beaucoup plus que vous procurer un choc, il vous donne surtout les solutions pour avancer. Depuis cette lecture, j’ai pris du recul sur ma façon de consommer et j’ai commencé à changer quelques petites choses : voici donc des astuces niveau débutant et mes petites expériences.
Evidemment je ne vous juge pas si vous n’essayez pas de réduire vos déchets, puisque j’étais pareille il y a quelques temps. Mais j’espère pouvoir vous montrer qu’on fait plein de choses un peu bêtes au quotidien, et qu’elles sont faciles à changer. Presque toutes les idées ci-dessous sont issues du livre de Béa Johnson, que je vous conseille si vous voulez approfondir le sujet. En attendant voici des astuces super simples et qui ne coûtent quasiment aucun effort.

Mon objectif

Je ne vise pas le zéro déchet complet au même niveau que Béa Johnson, mais je voudrais essayer d’améliorer certaines habitudes, tout doucement, petit à petit, en sachant que je ne vise pas la perfection. Je pense qu’en y allant progressivement, il suffit d’ajouter des bonnes habitudes les unes après les autres, et au bout d’un moment elles s’additionneront et feront une vraie différence.
En plus, maintenant que j’ai pris conscience de choses un peu absurdes que je fais tous les jours , je n’arrive pas à les oublier. Pour vous donner un exemple : Je sais qu’il existe des cotons démaquillants réutilisables. Et bien si je continuais d’utiliser des cotons jetables, ça me semblerait absurde et culpabilisant à chaque fois que j’aurais besoin d’en mettre un à la poubelle … Et quand on est gêné au quotidien, on change d’habitude assez naturellement.
Comme je vous le racontais ici, je pars de zéro. J’avais l’habitude de faire le ménage avec des lingettes jetables, d’acheter tous les jours un déjeuner emballé dans trois couches de carton et de plastique, etc. Toutes les habitudes que je vais vous raconter dans cet article sont donc faciles à adopter, puisque j’ai réussi en étant nulle au départ ! ;)

Dans la cuisine

OUT la viande à tous les repas : Cela a été assez dit pendant la COP21, et j’en étais déjà convaincue avant. La viande à tous les repas, c’est absurde d’un point de vue nutritionnel, écologique, médical, pour la qualité de ce qu’on mange … en mangeant végétarien régulièrement (pas tous les repas mais presque pour moi) vous réduisez beaaaaucoup votre impact.

OUT les sacs plastiques, IN les grands cabas pour les courses :
Les miens sont de chez carrefour. Ils sont super solides et plus faciles à porter que des sacs plastiques car ils ont des bandoulières.
OUT les sacs plastiques pour les fruits et légumes, IN les filets et sacs réutilisables :
J’ai récupéré dans ma famille quelques filets à légumes, mais je n’en ai pas assez pour toutes mes courses. Du coup pour l’instant j’utilise ces filets et je réutilise les sacs plastiques de la fois précédente, tout bêtement. J’en ai gardé plusieurs chez moi donc j’en ai largement assez.
On n’oublie pas ses petits sacs en partant :
Pour éviter d’oublier d’apporter les petits sacs, je les laisse dans le grand cabas, comme ça pas besoin d’y penser, je prends tout d’un coup.
On a toujours un sac compact avec soi : Le problème éternel, c’est quand on veut faire des courses improvisées et qu’on n’a pas ses sacs sur soi … pour ce problème là, j’ai toujours un petit sac réutilisable (carrefour et monoprix en font plein, ça coûte 1€) dans mon sac à main, qui se plie et qui ne prend pas de place du tout.
On achète ce qu’on peut en vrac :
J’achète quelques produits en vrac, pour l’instant ce n’est clairement pas la majorité de mes achats mais je me convertis lentement. N’oubliez pas que pour certains produits vous pouvez demander de ne pas prendre l’emballage ou le sac proposé (les fruits et légumes, les vêtements, les chaussures …)
 IMG_6869
OUT la paille multicolore jetable, IN la paille en inox :
Je bois un smoothie tous les matins, et j’ai fini par constater que l’action de boire le smoothie était ce qui me prenait le plus de temps pendant le petit-déjeuner. Avec une paille, ça va beaucoup plus vite. Mais je n’ai pas voulu acheter de pailles jetables, donc j’ai trouvé … tadaa, des pailles en inox ! J’en ai acheté un lot de quatre, avec un petit goupillon pour les nettoyer.

 

Dans la salle de bainsIMG_6430

OUT les cotons jetables, IN les cotons lavables : J’ai déjà écrit un article sur le sujet ici :) C’est devenu une évidence pour moi et ça a nettement réduit mes déchets de la salle de bains. Quand je vois que certaines youtubeuses conseillent d’utiliser cinq ou six cotons jetables tous les jours pour se démaquiller, ça me fait un peu mal au coeur … Maintenant je trouve ça superflu d’avoir des cotons jetables, ce serait un peu comme jeter sa serviette de bain après chaque douche. Et ce n’est pas du tout chronophage d’utiliser des cotons lavables, il suffit d’y penser quand on fait sa lessive mais c’est vraiment à la portée de tout le monde.
OUT les cosmétiques polluants, mauvais pour la santé et superflus, IN la slow cosmétique : Je n’achète plus que des produits bio (moins de substances polluantes) et je privilégie la slow cosmétique, c’est-à-dire que j’évite d’acheter des trucs inutiles, je ne me jette pas sur la nouvelle palette de maquillage que je finirai jamais … J’essaie de choisir des produits simples (comme les huiles végétales) qu’on n’a pas besoin de racheter souvent.
Ça ne veut pas dire que je me prive de tout : si j’ai envie de tester un super sérum une fois de temps en temps, pourquoi pas ! Mais à condition que le produit soit bio, que je m’en serve souvent et que j’aie l’intention de le terminer. Du coup, en appliquant ces critères, acheter un nouveau blush alors que j’en ai déjà trois … ce n’est pas sur la liste.

Au boulot / en cours

IMG_6866

OUT les bouteilles d’eau en plastique et les gobelets, IN la gourde en verre :
Je suis abasourdie par les habitudes de mon lieu de travail. Il n’y a pas de fontaine à eau, du coup on a des bouteilles d’eau en plastique à volonté. Tout le monde en consomme à peu près une par jour, et on est 300. Et le pire, c’est qu’elles ne vont même pas au recyclage ! L’entreprise ne pratique pas le tri sélectif, comportement que j’ai constaté très souvent dans Paris intramuros. J’ai fait pareil pendant quelques semaines parce que je ne savais pas trop comment faire autrement … J’ai demandé pourquoi ils ne triaient pas mais je ne sais pas à qui m’adresser pour que ça change. Puis j’ai apporté de chez moi une petite gourde en verre et je la remplis au robinet des toilettes. Ça prend autant de temps que d’aller chercher une bouteille en plastique, et c’est meilleur pour moi car le verre ne libère pas de substances dans l’eau, ce n’est pas le cas des bouteilles en plastique.
OUT le gobelet jetable de café, IN le mug tout simple
Toujours dans la catégorie débilité de mon lieu de travail : la machine à café distribue automatiquement un gobelet, on ne peut pas mettre sa propre tasse. Du coup j’ai arrêté de l’utiliser : je me fais du thé moi-même grâce à une bouilloire qui est dans le bureau, et si je veux vraiment du café j’en utilise du soluble que j’ai acheté et je le bois dans ma tasse. J’accompagne quand même mes collègues à la pause café, évidemment je ne suis pas là pour me couper de la vie sociale ;)

Diffuser la bonne parole : Ces deux habitudes là sont très simples à adopter, et tous mes collègues pourraient le faire, mais je n’ai aucun moyen de demander à tout le monde de faire comme moi. Dans un premier temps, j’ai appliqué mes techniques pour montrer qu’elles fonctionnaient et que ça ne me coûtait pas d’effort supplémentaire. Ensuite j’ai commencé à en parler à mes collègues, sans rien leur reprocher mais en expliquant simplement ce que je faisais et pourquoi. J’espère en convertir quelques uns ;) Idéalement il faudrait aller voir le CE et leur proposer d’offrir une gourde en verre à leurs employés au lieu des cadeaux de fin d’année inutiles et gâchés (cette année : une agrafeuse en plastique, qui ne fonctionne pas.) Pour l’instant je n’en ai pas la possibilité.


 

Dans les magasinsIMG_6870

On refuse les sacs plastiques/sacs shopping : je refuse les sacs en plastique ou en papier puisque j’ai mon sac réutilisable toujours sur moi.
Si c’est un petit objet, je le mets directement dans mon sac à main. On me le propose souvent mais je ne vois pas l’intérêt de prendre un sac pour une boite de doliprane …

On évite les plats préparés, les couverts en plastique et les serviettes jetables : Le midi je me fais des lunchbox, je n’achète pas les plats préparés suremballés disponibles en grand surface (je suis effarée de la quantité de plastique superflue utilisée pour ce type de produits) et j’utilise mes couverts en inox. Du coup : pas d’emballage, pas de serviette en papier, pas de couverts en plastique.


Le ménage

OUT les lingettes jetables, IN les chiffons (micro fibre ou vieux T-shirt, peu importe !) : Oui parce que j’ai longtemps utilisé des lingettes jetables pour TOUT … c’est plus zéro réflexion que zéro déchet ! ;)

OUT les trente six produits différents chacun dans une bouteille plastique, IN le produit maison à tout faire : Je m’inspire de cette vidéo de Coline pour mon produit nettoyant à tout faire : vinaigre blanc + eau + HE Eucalyptus pour que ça sente bon :)


 

Globalement tout ça n’est pas parfait et j’ai encore beaucoup de progrès à faire : pour les vêtements, pour les emballages alimentaires … Mais je sais que je vais progresser, parce que j’en ai envie.

Et vous, ça vous parle la réduction des déchets ? Si vous avez des astuces dont je n’ai pas parlé, surtout partagez en commentaire ça m’intéresse ! :)

 
Publicités

10 réflexions sur “Réduire ses déchets : premiers pas

  1. Rhapsody in Green dit :

    Très bon article, en plus tous les gestes sont relativement faciles à adopter au quotidien. Je suis en train de lire le livre de Bea Johnson justement, il ouvre les yeux ! J’ai déjà commencé à changer beaucoup mes habitudes, mais le chemin est long avant d’arriver au zéro déchets… Mais petit à petit, l’oiseau fait son nid n’est-ce pas ? :)

    J'aime

    • Elise dit :

      Merci pour ton retour :) Oui c’est ce que je me dis aussi, il y a beaucoup de chemin à parcourir mais progressivement on peut faire mal de choses !

      J'aime

  2. Thifaine dit :

    J’ai adoré ton article ! Il m’a ouvert les yeux sur pas mal de choses. Je trouve que je fais déjà pas mal d’effort mais comme tu le dis si bien, parfois je culpabilise dans mon quotidien, ça veut donc dire qu’il y a encore des choses à améliorer :) Par curiosité, où tu as acheté les pailles en inox ?

    J'aime

    • Elise dit :

      Merci, contente que ça t’ait plu ! :) Je les ai achetées sur Amazon, pour l’éthique on repassera! Mais j’en ai pas trouvé ailleurs :(

      J'aime

  3. Oma dit :

    Article très sensé et très clair. Je partage tout à fait ton avis sur le suremballage, et j’essaye moi aussi de faire des petits « efforts » au quotidien :)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s