Compte-rendu : 15 km de trail en forêt VS le semi de Paris

Hello,
Dimanche 22 mai j’ai fait mon premier trail, la foulée verte de clamart. Un parcours « découverte » de 15km dans la forêt, pour débuter avec une distance assez abordable. Je ne suis pas particulièrement attirée par le trail mais pour celui-ci j’ai suivi une amie qui est habituée, c’était l’occasion de découvrir la discipline tout en passant une matinée cool entre filles (sportives).
Comme j’ai fait cette course en mode touriste (je ne m’étais quasiment pas préparée), je me suis dit que ce ne serait pas très intéressant de vous raconter simplement la matinée, donc j’ai décidé à la place de faire un comparatif entre ce trail et ma course précédente, le semi de Paris, parce que les ambiances étaient très différentes ;)

Rappel : vous pouvez lire mon compte-rendu du semi de paris ici.

Evidemment ces petits récits sont surtout mon ressenti personnel, qui dépend beaucoup de ma préparation et de l’importance que j’avais accordé à chaque course. Pour vous redonner le contexte : le semi de Paris, mon premier semi, gros enjeu, j’attendais ça depuis un an, je l’ai préparé à fond pendant deux mois, avec fractionnés et tout. Le trail … on va dire que c’était pour l’expérience ! Mode touriste activé :)


L’ambiance

Le Semi de Paris
Au départ, 37 000 personnes, gonflées à bloc, un chouia stressées.
20160306_094617
Pendant la course, ambiance sérieuse : on est là pour le RP.  Tout le monde est concentré, silencieux, on sent vraiment que les gens sont là pour se donner à fond. 21 km pour se dépasser. Les coach personnels encouragent leur élève : vas y, tiens bon, tu es fort, continue !
La ligne d’arrivée, tapis bleu sur le dernier kilomètre, photographes, encouragements, arche, fierté et soulagement d’avoir fini ! J’avoue, j’ai un peu pleuré.
20160306_091055
A l’arrivée, c’est la galère pour retrouver tes potes au milieu de cette foule, la déception quand tu te rends compte qu’une fois sorti tu n’as plus le droit de retourner dans l’aire de ravito final et que tu n’as pas pris assez de gâteau. Tout le monde a super froid et met le poncho-k-way-bleu-horrible donné à l’arrivée, puis c’est la ruée vers le métro, tout le monde est bleu dans la rame (I’m blue, da-be-dee-da-be-daaa), au fur et à mesure des changements de ligne, le nombre de lutins bleus diminue … au bout d’un moment, tu es tout seul avec ton poncho bleu, tu te sens un peu seul et tu finis par l’enlever. Tu rentres chez toi, cassé mais heureux, ta médaille autour du cou, et c’est après-midi cocooning.

Le trail

20160522_093406IL PLEUT des cordes depuis plusieurs jours, j’ai déjà fait mon deuil de l’idée que je m’étais fait du trail, c’est à dire une course où tu peux profiter du paysage. J’y vais un poil déprimée mais j’ai envie d’essayer pour la première fois une course avec dénivelé.

 Sur le chemin entre le tram et le stade sur lequel a lieu le départ,  la fille qui marche devant moi croise un pote, ils se reconnaissent et elle lui hurle de l’autre côté de la rue : « j’ai aucune idée de ce que je fais là ! »
Au départ, autour du stade, plein de groupes de potes et de collègues, des gens qui annoncent clairement qu’ils sont là en touristes, d’autres qui ont l’air d’être de bon rodés du trail. On est tous outrés de la météo pourrie, les autres en rigolent mais on sent bien qu’ils sont un peu dégoûtés quand même et qu’ils ont peur de glisser.
20160522_105222Pendant la course : je ne vous mens pas, il y avait deux gars à côté de nous qui parlaient pinard en courant. (Tu savais d’où vient l’appellation « vieille vigne » ?) Œnologie et trail sont apparemment compatibles. Il y a pas mal de gens qui courent en petits groupes, qui papotent, on n’est pas très nombreux mais il y a quand même une file continue de coureurs sur les petits chemins de la forêt. Tout le monde y va à son rythme et galère un peu. Moi je suis avec mon amie, on s’aide à ne pas glisser dans la boue, on se suit et on raconte n’importe quoi.
La ligne d’arrivée, je l’ai passée en souffrant un peu donc je ne saurais pas vous dire l’ambiance … ce qui est sûr c’est qu’on s’est tous rués sur les ravitos !
A l’arrivée, quelques centaines de personnes pleines de boue qui se dépêchent de retrouver leurs potes, qui vont se rincer les jambes dans l’évier pour enlever la boue, qui changent de chaussettes, puis qui rentrent chez eux se réchauffer.

Les ravitos

LE Semi de paris

Les ravitos sont très fournis : eau, quartiers d’orange, sucres, fruits secs … il y a trop de monde, ce n’est pas facile de réussir à choper à manger, mais il faut se ravitailler pour éviter le coup de barre plus tard.

 LE Trail
Free style ! Les ravitos de la course ne sont composés que d’eau et de powerade. J’ai gouté le powerade, c’est vraiment pas bon.
Mais en trail, tout le monde a un sac à dos ! J’ai couru tout le temps avec mon amie, qui avait PLEIN de ravitos : barre de céréales, gommes à l’orange, bananes, abricots secs …  Je ne me suis jamais autant goinfrée pendant une course :  c’était un trail-gouter. Trop bien.

Le paysage

Le semi de Paris
Les grandes rues de paris, le bitume, des milliers de gens autour de toi, sur les côtés de gens venus encourager leurs proches, des fanfares, des mini-concerts, mais aussi les secours.
LE trail
La forêt, la nature, la lumière du matin, l’odeur de la pluie. LA BOUE. PARTOUT.
IMG_49931

les sensations

Le semi de Paris (et les courses sur route en général)IMG_6908

On se concentre uniquement sur sa vitesse et ses sensations. On peut laisser son esprit s’évader. J’aime cette sensation, c’est comme si je demandais à mon corps  de donner tout ce qu’il a, je le laisse complètement aller dans l’effort, et mon esprit n’est là que pour le soutenir quand ça devient difficile. Je suis à fond, c’est un sentiment d’abandon total.


Le trail
L’effort varie tout le temps. Il faut se concentrer, regarder où on met les pieds, doser sa vitesse tout le temps, ralentir voire marcher dans cette montée interminable, accélérer dans la descente, mais pas trop parce qu’il ne faut pas tomber … C’est très intense, mais différemment. Pour l’instant j’avoue que je préfère la course sur route, vous l’aurez compris à ma description ;)

Conclusion : pour l’instant je suis plutôt team route, mais peut-être que le trail saura me convaincre par beau temps ;)
Vous avez déjà fait du trail ? Des courses sur route ? Quelles étaient vos impressions ?
Publicités

9 réflexions sur “Compte-rendu : 15 km de trail en forêt VS le semi de Paris

    • Elise dit :

      Merci ! Je pense que c’est rigolo à tester pour l’ambiance et le paysage, l’inconvénient c’est que les formats ne sont pas très accessibles : c’est compliqué de trouver un trail de moins de 20 bornes … et 20 bornes de trail c’est clairement pas une ballade de santé ^^’

      J'aime

  1. SAndrine dit :

    J’ai testé mon premier trail ce week-end (12km qui en fait en faisait 13… mais ça on ne l’a su que sur la ligne de départ). C’était aussi ma première course officielle…. Je cours avec une amie environ 10km les samedis et dimanche, ça fait 9 mois qu’on a commencé… et ces derniers temps je me suis un peu relâchée et donc ce trail c’était l’occasion de remettre le pied à l’étrier (ça seul l’avenir nous le dira)…
    Je ne suis pas trop chemin non plus, j’ai toujours peur de me blesser… et là je ne savais vraiment pas à quoi m’attendre… enfin je savais que les chemins seraient chaotiques mais j’étais bien loin du compte. On a commencé avec 1km de côte à 7%… morte dès le départ (lol) mais au final je suis contente de l’avoir fait. C’est comme tu dis boueux, il faut surveiller ses pas, ne pas glisser (râté pour moi ;-) ) mais l’ambiance était vraiment sympa et malgré les gros dénivelés (il semble qu’on ai commencé par l’un des trails les plus dures de la région) je me suis amusée… Bon je ne suis pas sûre de préférer un jour le trail à la route, parce que les chocs sur le corps sont quand même assez rudes… encore plus en descente qu’en côte je trouve mais c’est génial de se surpasser et de voir qu’on peut même rivaliser avec des personnes qui n’en sont pas à leur premier trail.

    J'aime

    • Elise dit :

      Bravo pour ta première course officielle, j’espère que tu as envie de continuer et que ça t’a remotivée ! On a tous des moments de relâchement, je considère que ça fait partie de l’équilibre. Et puis chapeau d’avoir fait un trail difficile, il faudra tester la course sur route pour comparer :p

      J'aime

      • SAndrine dit :

        Oui la course sur route c’est prévu au plus tard en octobre dans ma commune.
        Mais mine de rien, je pense que je chercher des trails officiels ou pas à faire de temps en temps, parce que je ne pense pas me tromper en disant que c’est beaucoup plus physique que la course à pied! A J+3 je suis encore toute courbaturée…. lol….
        Pour la motivation, c’est surtout la chaleur qui risque de me freiner. J’ai beaucoup de mal à courir dès qu’il commence à faire chaud et c’est quasi mission impossible de courir le soir ou le matin :(

        J'aime

      • Elise dit :

        Oui tu as raison courir dans la journée quand il fait vraiment très chaud c’est pas terrible, il vaut mieux éviter les malaises. Et je suis assez d’accord, la course sur route est moins « intense » que le trail mais si tu te donnes à fond et que tu cours très vite c’est quand même super intense ^^ ça reste un sport qui demande beaucoup d’effort, quel que soit le terrain

        J'aime

      • SAndrine dit :

        Ah oui la course à pied où qu’elle se pratique demande beaucoup d’efforts…. mais quand on a terminé sa course on se sent vivante…. courbaturée, essoufflée, mais vivante ;-)

        J'aime

  2. Yin dit :

    Il faut dire que le semi-marathon de Paris avec 37000 personnes c’est pas n’importe quel semi ! J’ai fait mon premier trail en mars dernier et depuis j’en fais un par mois; j’adore la variété de la course nature, et le fait de ne jamais savoir trop à quoi s’attendre d’un trail à l’autre. (Passer du sable de la vendée aux collines de la Corrèze aux côtes de Bretagne … ouais j’en profite pour voyager :D ) . Après on ne peut pas dérouler sa foulée à fond en permanence comme sur route c’est certain, il y a de très belles choses à cueillir dans les deux qui sont complémentaires.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s